Les cistes de Corse
Article mis en ligne le 2 juillet 2018

par Renou Michel
logo imprimer

Après la férule commune et le myrte, il existe, en Corse, plusieurs espèces de cistes. Les principales sont le ciste à feuilles de sauge, le ciste de Crête et le ciste de Montpellier.

Les cistes font partie des plantes principales des maquis. Après les incendies, ils ont la particularité de se régénérer facilement et même de se multiplier. Ils peuvent ainsi couvrir de grandes surfaces. Ils fleurissent d’avril à juin. Leurs fleurs à cinq pétales ne durent qu’un jour.


Les cistes à feuilles de sauge

Les cistes à feuilles de sauge


Le ciste à feuilles de sauge est reconnaissable à ses fleurs aux pétales blancs au cœur jaune et à ses petites feuilles arrondies et rugueuses. C’est un arbrisseau à feuillage persistant que l’on rencontre jusqu’à 1300 m d’altitude.


Le ciste de Crête

Le ciste de Crête


Le ciste de Crête est le seul à avoir des fleurs roses. Ses pétales ont un aspect chiffonné. Son feuillage laineux est légèrement aromatisé. Il est bien armé contre la sécheresse et le vent salé.


Les cistes de Montpellier

Les cistes de Montpellier


Le ciste de Montpellier est composé de fleurs aux pétales blancs. Les feuilles sont persistantes et effilées. Les fleurs étant très parfumées, on en extrait une huile essentielle par distillation.

Les feuilles de cistes aromatiques produisent le labdanum, une résine collante aux propriétés médicinales, très utilisée en parfumerie. Autrefois, le labdanum était récolté par les pâtres soit sur la barbiche des chèvres et la laine des moutons, soit en raclant les rameaux feuillés à l’aide d’une lanière de cuir. Aujourd’hui, ces rameaux sont collectés à la faucille.


Le vrai bonheur ne dépend d’aucun être, d’aucun objet extérieur. Il ne dépend que de nous... (Dalaï Lama)